Comment bien protéger son matelas ?

Comment bien protéger son matelas ?

Un matelas est un investissement important. D’une part, les prix peuvent vite grimper selon le modèle choisi. Le mien m’a par exemple coûté plus de 600 € (et je ne le regrette pas !), d’autre part, c’est un équipement que l’on s’attend à garder longtemps. Sa durée de vie moyenne est de dix ans – ce qui représente beaucoup de nuits et soirées passées dessus.

Parce qu’un matelas peut coûter cher et qu’on le garde longtemps, mieux vaut donc bien le choisir. Mais aussi bien le protéger ! Un même matelas peut avoir une durée de vie plus ou moins longue en fonction de son propriétaire et de l’attention qu’il apporte à sa protection.

Protéger un matelas, c’est d’abord participer à l’allongement de sa durée de vie. C’est aussi améliorer son hygiène et donc son confort.

Un chiffre qui peut paraître étonnant mais qui n’en est pas moins vrai : le corps évacue entre 0,5 et 1 litre d’eau par nuit ! Un matelas mal-protégé, c’est un matelas qui va venir absorber toute cette humidité et va par la même devenir un vrai nid à microbes. L’humidité est aussi très appréciée des champignons, acariens et autres insectes. Et j’imagine que vous n’avez pas envie de dormir au milieu de cette jungle – moi non plus ! C’est pour ça que je veille à bien protéger mon matelas, mon hygiène et mon sommeil.

Protéger un matelas passe par deux choses : bien s’équiper et adopter les bons gestes.

Je vous exposerai dans une première partie les équipements utiles à la protection d’un matelas et comment les choisir. Ensuite, vous découvrirez tous les bons gestes à adopter pour améliorer la durée de vie de votre équipement et sa propreté.

La première chose à faire pour protéger son matelas, c’est de le recouvrir. On commence par parler des alèses !

Protéger un matelas : les équipements

Il faut faire la différence entre les parures de lit, avant tout choisies pour leur confort et leur esthétique (je peux d’ailleurs vous conseiller celles de minalla) aux équipements destinés à protéger votre matelas. Dans cette catégorie, certains éléments sont tout bonnement indispensables. Les alèses entrent cette catégorie.

Vous n’avez sans doute jamais dormi directement sur un matelas. Et heureusement ! En plus d’être inconfortable, c’est un manque d’hygiène cruel. Le corps rejette de l’eau toutes les nuits et sans protection entre vous et votre matelas, c’est votre matelas qui absorbe toute cette humidité.

Les alèses viennent jouer l’intermédiaire entre la peau et le matelas. Elles empêchent au matelas *d’absorber l’humidité et par la même de devenir un nid à microbes. Une alèse se lave d’ailleurs régulièrement pour maintenir un niveau d’hygiène maximal.

Lorsqu’il s’agit de choisir une alèse, sachez qu’il existe plusieurs formes et plusieurs matières.

Les deux formes d’alèses

Une alèse peut être “en plateau” ou “en housse”.

Les alèses en plateau ne recouvrent que le plateau du matelas. Elles sont fixées grâce à une élastique à chaque coin.
Les alèses en housse ont un bonnet qui vient recouvrir le coin du matelas et toute sa hauteur.
Préférez les alèses en housse qui protègent mieux le matelas et ont un meilleur maintien.

Alèses : les matières

Certaines alèses sont imperméables.

Elles intègrent une couche de PVC pour une sécurité maximale et anti transpiration. Retenez que les alèses intégrant du PVC ne sont pas les plus agréables au toucher et peuvent faire des bruits de frottement. Également, elles empêchent la respiration du matelas ce qui peut être problématique d’un point de vue hygiénique.

Pour autant, les alèses imperméables permettent d’éviter les tâches et à l’humidité de pénétrer le matelas.

D’autres alèses sont en coton : jersey ou molleton. Elles sont plus respirantes qu’en PVC et plus souples. Elles peuvent être lavées à 95°C en machine.

Les sous-taies

Vous connaissez les taies d’oreillers. Il existe aussi les sous-taies ! Elles viennent s’intercaler entre l’oreiller et la taie classique.
Leur principal intérêt est d’éviter à ce que la transpiration n’atteigne votre oreiller. Comme pour un matelas, un oreiller humide est propice au développement de microbes, acariens et autres champignons.
En plus d’être hygiénique, la sous-taie permet d’allonger la durée de vie d’un oreiller. Vous avez à le laver moins souvent et son gonflant s’en trouve conservé.

Le sur-matelas

Comme son nom l’indique, un sur-matelas est un équipement qui se pose sur votre matelas. Il peut être traité antibactérien, anti-acarien et anti-fongique. Le sur-matelas peut aussi être hypoallergénique pour se protéger des risques respiratoires et sanitaires.

Grâce au sur-matelas, l’eau évacuée n’est plus absorbée par le matelas (ce qui peut arriver, même avec une alèse).

Le sur-matelas est aussi plus facile d’entretien qu’un matelas classique car moins épais et plus facilement transportable en pressing.

Les bons gestes pour votre matelas

Pour protéger et entretenir un matelas, aussi bien d’un point de vue hygiène que longévité, il n’est pas uniquement question d’équipements. Les bons gestes comptent tout autant ! Vous allez apprendre dans cette partie ceux que vous devez appliquez régulièrement. Votre matelas va vous remercier !

Aérez quotidiennement votre chambre

Tous les jours ! C’est un geste à ne pas oublier : celui d’aérer votre chambre.

Il suffit d’ouvrir une fenêtre pendant cinq minutes afin de renouveler l’air de la pièce. Sachez que l’air de nos intérieurs se renouvellent beaucoup moins vite qu’à l’extérieur. Les maisons et appartements tendant à être de plus en plus isolé – empêchant par la même le renouvellement de l’air. Il est donc extrêmement important d’ouvrir régulièrement vos fenêtres.

Vous permettrez ainsi à votre matelas de respirer et d’éliminer les acariens, notamment.

Ne faites pas votre lit immédiatement

Vous n’êtes sans doute pas à l’armée : ne vous sentez donc pas obligée de faire votre lit immédiatement après votre réveil.

Mieux vaut laisser les draps dépliés pour leur permettre de respirer, de faire entrer la lumière et d’évacuer l’humidité. Dans le cas contraire, votre matelas et votre literie deviendront un terrain de jeu idéal pour les acariens et divers insectes.

Additionnez ce geste à l’ouverture de votre fenêtre pour assurer une ventilation maximale de votre matelas et literie.

Aspirez régulièrement votre matelas

Dès que vous mettez vos draps à laver, pensez à aspirer votre matelas, le sommier (entre les lattes) et sous le lit.

L’accumulation de poussière est, comme l’humidité et le manque de lumière, un environnement propice à la prolifération de champignons et d’insectes.

Un coup d’aspirateur régulier permet donc d’améliorer l’hygiène de votre matelas.

Vous savez maintenant que la durée de vie et l’hygiène d’un matelas sont liées. Vous devez d’une part bien choisir votre équipement et d’autre part adoptez les bons gestes – dont certains sont quotidiens ! Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour bien entretenir votre matelas.

Ca pourrait vous interesser :