Faire son propre Rhum aromatisé

Faire son propre Rhum aromatisé

Des boissons fermentées qui font penser aux ambiances intertropicales et aux goûts exotiques. Là, je parle bien évidemment des rhums aromatisés ou bien arrangés. Pour un addict, découvrir le secret de la recette d’un tel breuvage fait partie de ses passions. Ainsi, aujourd’hui, je révèle les paramètres essentiels pour réussir son rhum arrangé pour un pique-nique à thème ou pas.

 

LES INGRÉDIENTS

Un bon rhum aromatisé doit être obtenu avec du rhum blanc, peu importe son degré alcoolique. Par la suite, tout ce qui est mangeable peut y être ajouté, donc à chacun d’acheter ses fruits et fleurs favoris : fraises, ylang-ylang, cannelle, banane… Le dernier principal ingrédient, c’est le sucre roux qui ne devrait pas dépasser les 20 % du volume total de la boisson. Certes, les édulcorants, dont Stevia ribaudiana, possèdent un pouvoir sucrant très élevé. Pourtant, je conseille de n’utiliser que du sucre de table et/ou du miel, ce en vue de respecter la philosophie des punchs et boissons à éthanol, qui impose que tout rhum doive être élaboré à partir de la canne à sucre.

 

 AVEC QUOI PEUT-ON AROMATISER LE RHUM ?

Cela ne dépend que de celui qui va le consommer. Personnellement, je recommande des fruits mûrs et frais, histoire de préserver leurs qualités hygiénique, nutritionnelle et sensorielle. Cela ne signifie pourtant pas que les conserves et les secs n’en valent pas la peine. Cependant, la plupart du temps, le goût et l’arôme du fruit peuvent être altérés et/ou modifiés par les traitements appliqués (séchage, blanchiment, pasteurisation…). Enfin, les confitures peuvent également être employées comme aromatisants. La concentration en sucre roux utilisé dépend ainsi de la nature du fruit, de la fleur ou de l’épice. Plus d’astuces sur le rhum arrangé en cliquant ici.

 DANS QUOI FAIRE DU RHUM ARRANGÉ

Deux choix sont possibles : en bouteille ou en bocaux. Pour des fruits et fleurs qui gardent longtemps leurs arômes, ils peuvent être mis tout de suite dans une bouteille. En revanche, elle n’est pas du tout pratique pour les fruits vitement périssables. Pour être plus clair, faire sortir une fraise ou un morceau de banane de l’ouverture devient un autre problème alors qu’un bocal facilite considérablement le transvasement et le renouvellement des ingrédients. En ce qui concerne l’emballage, les matières corrosives (métal, certaines plastiques…) ne devraient pas être utilisées, place donc aux bouteilles et bocaux en verre.

 

LA MÉTHODE POUR FAIRE DU RHUM ARRANGÉ : 

Si tous les matériels sont complets – des fruits ou fleurs bien triés et découpés ainsi qu’une bouteille ou un bocal stérile (à mettre en bain-marie à 110°C pendant 20 minutes) – voici donc une méthode très simple pour préparer un exceptionnel rhum arrangé. La première étape consiste à verser tous les aromatisants dans le contenant vide. S’en suit l’ajout du sucre puis du rhum. Après avoir bouché l’ouverture du récipient, la famille devra attendre au moins 3 semaines pour pouvoir servir la potion magique : c’est la macération. Une température voisine de 40°C accélère cette phase, mais il ne faut cependant pas que ce soit trop chaud. Encore une dernière astuce : je tiens à noter qu’un rhum, tout comme les vins, plus sa conservation est longue, plus son goût est appréciable.

Ca pourrait vous interesser :